Nathan Chevalier
Journal Intime d'un mouilleur de couches.

Premier Mois

Cela fait maintenant plus d’un mois que je vis cette métamorphose. Je m’adapte jour après jour à cette nouvelle vie et aux contraintes qu’elle impose. Nathy a définitivement fait disparaitre mes slips de grands qui n’ont d’ailleurs plus aucune utilité. Après quelques semaines passées à mesurer, analyser ces changements notoires, ma capacité vésicale est désormais ridiculement basse. Bien sur les envies sont toujours inattendues et subites. Des envies de pipi qui surviennent bien souvent quand ce n’est pas le moment. Fort heureusement ces pipis ne font guère plus de 130 ml. Mais quoi qu’il en soit il y a toujours la peur de “est-ce que ma couche va fuir?” Je n’ose même pas imaginer sortir dehors ne serait-ce que pour acheter une baguette de pain sans être langé. Bien trop dangereux. Je ne sens plus du tout le sent, il s’est intégré au corps. J’ai bien sur tenté de stopper les pipis mais c’est impossible (à ma plus grande joie je l’avoue). J’envisage l’avenir avec sérénité et je suis impatient de voir quelles seront les progressions de cette régression ce second mois. Les nuits sont encore un peu chaotiques. Bien que je fasse pipi dans ma couche, il m’arrive encore souvent d’être réveillé par une envie que je ne maitrise plus. Le corps humain reste une machine complexe. Cependant (et c’est signe d’espoir) ces réveils sont de moins en moins présent ces derniers temps.
J’ai longtemps hésité à reprendre ou non des alpha-bloquants. Puis à force de me documenter sur ce produit, je me suis rendu compte qu’il agit au niveau de la perception cérébrale. J’ai donc décidé de reprendre temporairement le traitement afin de bloquer l’information “envie de pipi” à mon cerveau et me permettre ainsi de passer des nuits plus sereines. Ca semble fonctionner. Quoi qu’il en soit (je ne sais pas encore) mais je suppose que l’information va progressivement s’estomper étant donné incapacité fonctionnelle de mon sphincter strié. J’envisage l’avenir avec plénitude et curiosité. Mon rêve ayant toujours été de devenir incontinent, me voilà sur le point de le concrétiser. J’avoue que pour nombre d’entre vous, cette démarche est extrême. Mais en dehors de l’aspect fantasme elle est, en ce qui me concerne, devenue vitale.

Like
Like Love Haha Wow Sad Angry

22 ième Jour

Cela fait maintenant 22 jours que le stent est en place. 22 jours à sentir progressivement les modifications du comportements de ma vessie. Ce qui est sur c’est que ce petit diabolo est bien au bon endroit. La preuve en est mon incapacité à retenir mes urines lors des contractions. Au fur et à mesure du temps qui passe, les contractions sont de plus en plus fréquentes. Lorsqu’elles surviennent, il est alors impossible de me retenir. Un sentiment d’impuissance face à inéluctable. Aujourd’hui par exemple j’ai pesé ma couche de la journée… J’ai du faire 4 ou 5 pipis et elle n’a que 600 grammes de plus soit 600 ml. J’en conclu qu’en position débout, mes contractions arrivent à 150 / 200ml. Ce qui et largement en dessous du seuil théorique de l’envie de faire pipi (pour une personne normale). En position allongé j’ai constaté qu’au delà de 3OO ml, la vessie décide de se vider toute seule. Vous me direz tout cela est bien technique. Désolé mais c’est un peu ma déformation professionnelle. Je mesure, j’analyse, je constate….l’important en mon sens est de laisser un témoignage le plus précis possible pour ceux qui un jour souhaiteront tenter l’aventure. Je n’imagine pas sortir plus d’une heure sans être langé. Bien trop dangereux. Ce qui est assez étonnant c’est aussi la capacité de mon corps à “stopper” ou “ralentir” les fonctions naturelles lorsque je suis en public. Rarement ma vessie se contracte lorsque je discute avec d’autres personnes ou lorsque je suis dans le feu de l’action à faire mon travail (gérer des emmerdes professionnelles, téléphoner à des sous-traitants peu sympathiques , courir pour vérifier la conformité du travail demandé). Mon cerveau doit “zapper” les fonctions “vidange”. L’envie irrépressible arrive alors lorsque mon esprit n’est plus occupé par ces impératifs professionnels. Et ça c’est assez déconcertant. Quoi qu’il en soit je suis pleinement satisfait du résultat. C’est bien plus efficace que le botox. Ce que je comprends maintenant c’est que ma capacité de retenue s’amenuise peu à peu et bien que ma vessie “continue à demander” l’avis de mon sphincter, elle s’en dédouane peu à peu. Comprenez par là que ma vessie commence à travailler en mode automatique et que mon sphincter strié est de moins en moins sollicité. Il faut savoir que le système urinaire est d’une complexité hors du commun. Même lorsque le sphincter strié est “ouvert” il continue de recevoir des infos de la vessie qui lui indique qu’il faut qu’il s’ouvre même si il est déjà ouvert. C’est con mais c’est comme ça. A force de temps, la vessie (qui a quand même fait des études) finit par comprendre que le sphincter ne lui sert à rien. Donc la vessie finit par arrêter de demander au sphincter de s’ouvrir et là commence l’arc réflexe. Et bien que nous n’y sommes pas encore j’ai bon espoir ! L’arc réflexe étant une contraction involontaire sans information aucune du sphincter strié qui en théorie en retour envoie l’accord de contraction du détrusor (muscle de la vessie). Tout ceci est sans doute très technique mais comme tout phénomène : pour le comprendre et arriver à ses fins il faut le maitriser et réussir à le neutraliser. Coté pratique ça donne des pipis jours et nuits sans possibilité de retenue et ca c’est le pied !!!! Couches-culottes jours et nuits 24/24 La vie est belle et je ne regrette pas ce choix.

Like
Like Love Haha Wow Sad Angry

Première semaine.

Cela fait une semaine déjà. Une semaine que je goute avec délectation aux joies des matins humides et des pipis incontrôlés. Rythmée par les changements réguliers de couches et de culottes plastiques, ma vie est devenue pisseuse à souhaits. Je suis aux anges. Sur mon petit nuage, Je fais de drôles de rêves qui sont très certainement le résultat de mes peurs inconscientes. Avec ce stent, plus moyen de lutter contre une vessie dont j’ai totalement perdu le contrôle. Par contraction réflexe, cette dernière se vide quand elle en a envie. . Des pipis totalement incontrôlables , qui peuvent surgir n’importe quand et n’importe ou, exactement comme les bébés. Mon lit, bien que protégé par deux alèses PVC est régulièrement mouillé. Cet après midi je suis allé faire un tour à la Trocante puis à Gifi et dans chacun de ces magasins j’ai fait pipi dans la couche.
Le volume des urines varie de 100 à 250 ml maximum. Soit en dessous du seuil de détection théorique chez les être humains de l’envie d’uriner qui se situe à 300 ml minimum.
Comment définir avec précisions ce que je ressens d’un point de vue psychologique. Un mélange de satisfaction, de plénitude, de honte et d’impuissance. Je regarde l’avenir avec sérénité et je me dis que maintenant je ne peux plus tricher. Compte tenu de l’aspect à la fois subite, impérieux et incontrôlable des pipis culotte, je devrais être langé en permanence. Les visites chez mon médecin (que je vais devoir informer bien évidement pour des raisons de suivi), mes activités professionnelles, les sorties entre amis, les voyages seront immuablement humides et ponctuées de changements de couches. Apprendre à vivre comme un incontinent, et gérer les situations embarrassantes surtout lorsque je dois changer ma couche dans des endroits publics. Faire face aux quolibets, aux sourires entendus et regards moqueurs. Vivre ma vie de pisseux en toute sérénité sans me soucier de ce que vont penser les autres c’est sans doute cela mon nouveau challenge. Avec Nathy ce pari est déjà bien amorcé. Reste à faire tomber les dernières barrières.

Like
Like Love Haha Wow Sad Angry
Translate »
error: Contenu protégé !!